L’effet “Félix Baumgartner” sur le trafic internet

parNicolas GuillaumeleCommentaires1

Le 14 octobre restera un jour historique. En premier lieu, parce que pour la première fois, un homme (Felix Baumgartner) a franchi le mur du son en sautant depuis la stratosphère et battu au total trois records. Après les Jeux Olympiques cet été et des évènements antérieurs comme l’élection de Barack Obama qui avait généré des millions de connexions, cet évènement est lui aussi proche du record mondial en matière de trafic Internet.

Nous avons compilé pour vous les principales informations sur le sujet pour résumer les enjeux de performance web qui sont liés à ce genre de pic de trafic évènementiel.

Youtube : 8 millions d’internautes… live !

A n’en pas douter, c’est un record pour le site de vidéo qui a vu un peu plus de 8 millions d’internautes connectés en simultanés sur sa plateforme pour regarder en direct l’exploit du parachutiste de l’extrême.
Un véritable « stress test » pour le site qui a connu l’un de ses plus gros pics de trafic et démontré sa capacité à assurer une diffusion mondiale multi-supports. Mais la qualité de l’expérience-utilisateur restait visiblement très aléatoire. En effet, nous avons pu constater que des milliers de tweets reportaient des problèmes de qualité d’image (buffering fréquent)… Des liens de peering ou transit saturés chez certains ISP sont fort probablement la cause de cette dégradation de la qualité.

Certains internautes ont même pu se retrouver face à une erreur 502 peu après la diffusion :

AMSIX : “Pas d’effet pour nous”

Sur Twitter, l’un des principaux points d’échange de trafic internet en Europe affirme qu’il n’a pas ressenti de pic de trafic plus important qu’en temps normal. Une preuve supplémentaire que certains grands acteurs du web s’interconnectent entre eux de façon privée (PNI) et ne passent plus en premier lieu par les IXP ?

CARIX : « Felix effect », merci au CDN ?

Selon un tweet de l’équipe AMSIX, le petit IXP caribéen “CarIX” a connu un pic de trafic. En regardant la liste des membres, l’on remarque que deux membres importants sont présents : Akamai et Google (GCC). De la à penser qu’une plateforme de diffusion de vidéos (YT, uStream…) s’est appuyée sur le CDN pour assurer en partie la diffusion du flux…

FranceIX : 150Gbits atteint, Baumgartner est aussi passé par la

Le principal point d’échange français a atteint lui aussi franchi un cap… de justesse. Nous avons observé ce résultat quelques minutes après l’exploit.

Plus intéressant, nous avons noté un pic de trafic sur le POP ITX5 de FranceIX sur lequel est connecté un certain… Akamai.

Mesures de Cedexis durant l’évènement

Constatant cette augmentation du trafic important sur le réseau d’un CDN, nous avons observé simultanément la courbe de cet acteur pour un pays (France). Nous notons grâce à notre Radar que plus le trafic a cru (cf graphique FranceIX précédent), plus la capacité de bande passante mesurée chez cet acteur a évolué (différence de 358kbps entre deux mesures ci-dessous) avant de remonter une poignée de minutes après la fin du show.

RIPE : Trafic des points d’échanges (IXP) durant le saut

Publié après ce post, le RIPE a lui aussi compilé des données en provenance des IXP européens. Et visiblement, l’effet Félix a bien eu lieu chez certains IXP.

Volume de trafic échangé sur le VIX (Vienne, Autriche) durant l’exploit – Source : RIPE NCC blog

Dan Rayburn : Un record, vraiment ?

En tout cas pour le blogueur spécialiste du content delivery, Dan Rayburn, s’il y a bien démonstration ultime de l’avènement de la vidéo sur le web, le record de diffusion (webcast) reste à démontrer. Un point de vue publié sur son blog et étayé de commentaires intéressants.

ISP TalkTalk : Un pic mais pas de record

Le site ISPReview rapporte dans un article que le fournisseur d’accès britannique TalkTalk a connu un pic de trafic (460Gbps) mais que celui-ci n’a pas dépassé le précédent pic lié à une mise à jour majeure initiée par Apple plus tôt cette année. Apple reste donc plus fort que Baumgartner.

Exclu Cedexis : +8% chez un FAI français

Les français étaient très nombreux derrière leurs écrans connectés pour suivre l’exploit du parachutiste autrichien. L’un des principaux fournisseurs d’accès du marché français (que nous ne pouvons hélas pas nommer) nous indique “le trafic global sur son réseau a augmenté de 8% le 14 octobre”… L’on imagine aisément que ces quelques dizaines de gigabits supplémentaires étaient injectés sur son réseau par Youtube et divers CDN.

Conclusion

Si cet évènement exploit humain, scientifique et technologique aura marqué de son emprunte l’esprit de millions de téléspectateurs, il aura également offert une visibilité mondial au principal sponsor, Red Bull.

Un challenge parfaitement accompli qui témoigne de la montée en puissance du Web et de l’importance que Youtube et les différents services de streaming pourraient prendre dans nos vies d’ici quelques années. Encore faut-il savoir assurer une qualité de diffusion parfaite à tous les utilisateurs. C’est sans doute la que réside le principal défi désormais… Et nous sommes déterminés à le relever.